This entry is part 4 of 12 in the series Chronique d'auto-édition

 

Le langage des fleurs Erika Boyer 188x300 - Chronique d'auto-édition "Le langage des fleurs", Erika Boyer

★★★★

Résumé

Rose est dans une relation amoureuse qui ne la satisfait pas mais à laquelle elle ne parvient pas à mettre un terme. Elle supporte le comportement souvent abusif de son petit ami et se concentre sur ce qui a de l’importance pour elle, à savoir, la boutique qu’elle a héritée de son père. Mais le beau Ethan va venir mettre son coeur à l’envers et chambouler le faible équilibre de sa vie.

Rose se laissera-t-elle cueillir par ce bel inconnu tatoué au charme indéniable ? Arrivera-t-elle enfin à se libérer de cette relation sans amour qui la lie à un homme dont elle pense être redevable ?

Une chose est sûre, l’été s’annonce plein de promesses et les mystérieuses livraisons de fleurs dont la jeune femme est gratifiée seront aussi surprenantes que réconfortantes.

Personnages: Rose, Ethan, Stecy, Lucas et Mickael.

Gratuit en format électronique  sur Lulu et 14.90 EUR en format broché sur Amazon

Ce que j'en pense

Erika Boyer est un auteur indépendant, donc qui édite et publie elle-même ses livres. Elle est connue pour son premier roman Pardon que j’ai eu l’occasion de lire et qui est un succès. Donc lorsqu’elle a cherché des chroniqueurs pour lire son nouveau roman en avant-première, je n’ai pas hésité. Vous l’aurez deviné depuis le temps, je soutiens l’auto-édition*.

Je tiens donc à remercier Erika qui est si gentille, de m’avoir fait découvrir son nouveau roman en avant première. Et cela demande de la confiance que de laisser quelqu’un lire son roman avant sa publication.

Vous trouverez plus d’informations sur ses livres et elle, sur son site web : erikaboyer.com

Par où commencer ?

D’abord prenons une minute de silence pour la couverture….

Elle est tout simplement magnifique. Lorsque je l’ai vu je l’ai seulement trouvée belle, il faut dire que je n’avais pas encore commencer à lire le livre. Mais avec ma lecture, je l’ai trouvée époustouflante. Cette image raconte une histoire.

Je ne sais pas si je me prend un peu trop pour une élève en histoire de l’art, mais dans cette couverture j’ai retrouvé Rose, sa fragilité et sa force en même temps. J’avais l’impression que ça montrait aussi son chemin vers la liberté, comment elle s’affirme.

        FIN  DE LA MINUTE DE SILENCE 

Avec Erika Boyer on voyage. Déjà dans Pardon elle nous avait fait visiter Bordeaux. Ici c’est la même chose, dès les premières pages on découvre Lacanau-Océan (que je ne connaissais pas) la ville dans laquelle évoluent les personnages , ses paysages, sa mer, sa chaleur et son bon temps en été.

On suit donc l’histoire d’amour entre Rose et Ethan, qui arrive très vite, n’oublions pas que Rose est en couple comme vous pouvez le lire dans le résumé. Ça m’a d’abord dérangé que les choses se passent aussi vite, mais finalement ça permet à l’histoire de ne pas traîner en longueurs.

Le personnage de Rose  est quelqu’un qui se laisse marcher dessus par son compagnon mais n’hésite pas à se défendre devant Ethan.
Quand j’ai remarqué ça, je me suis dit « encore un cliché ». Mais j’avais tort. Parce qu’au fond Rose à des motivations plus profondes, elle veut à tout prix être « gentille » et plus tard durant la lecture on comprend pourquoi.

Je ne suis pas comme mon père. Lui était profondément gentil et bienveillant, moi je fais juste semblant parce que je veux lui ressembler.

 Ethan c’est le « bad boy tatoué » mais pas vraiment. Parce que Ethan est en réalité très attaché à sa soeur et sa mère. Ethan c’est celui qui s’inquiète pour Rose et veut être avec elle, même s’il pense ne pas être assez bien.

A certains moments, ce qui veut dire souvent, Ethan me donnait des envies de meurtre. Comment pouvait-il être aussi aveugle et faire souffrir Rose ?

Mais derrière cette histoire se rajoute d’autres choses, sinon ce ne serait pas drôle n’est-ce-pas ?

Les autres

Il y a donc la présence malveillante de Mikael, le copain de Rose qui est un vrai vautour. Le personnage de Stecy est aussi très intéressant parce qu’elle cache des blessures profondes de son passé.

Stecy est un personnage que j’ai vraiment apprécié car malgré ce qu’elle a vécut, on ressent sa gentillesse, son attachement pour Rose. Mais mon gros coup de cœur durant toute ma lecture a été Lucas.

Lucas est un personnage si mystérieux et complexe, j’ai eu l’impression qu’il l’était plus que Stecy. Il a un secret et tout le long de l’histoire on se demande ce que ça peut être. A chaque fois je m’attendais à avoir une révélation sur lui. Mais non. Jusqu’au bout j’ai espéré mais en vain. J’étais prête à me plaindre auprès de l’auteur, quand j’ai vu la surprise qu’elle nous a réservée. Merci Erika ^^.

Le langage des fleurs ?

Eh oui parce que cette histoire parle d’amour mais aussi de fleurs. Ce qui pourrait sembler très fleur bleue pour certains. Des fleurs qui ont chacune une signification, des fleurs qui accompagnent Rose.

Le langage des fleurs c’est sa magnifique couverture. Je vous ait dit que je pensais que la couverture me faisait penser à Rose, sa force, oui peut être, mais je me suis trompée. Cela concerne aussi un autre personnage tout aussi important dans l’histoire, à vous de découvrir qui.

Ce roman n’est pas juste une histoire d’amour comme les autres parce qu’on voit que l’auteur a effectué un vrai travail de fond. Tout d’abord pour Lacanau, Erika BOYER nous a tellement bien décrit le lieu où se déroule l’histoire que j’avais l’impression d’y être. Je situait la boutique de Rose (je suis sûre que je me trompe totalement ^^), on arrive à y être transporté, on veut y aller.

De plus, son travail est remarquable aussi pour les fleurs citées tout le long de l’histoire, elle nous montre qu’elle ne les a pas choisis au hasard. Chacune avait son importance dans l’histoire.

Le mot de fin ? J’ai fait une belle découverte dans Le langage des fleurs. Un deuxième succès pour l’auteur après Pardon.
La plume d’Erika Boyer est toujours aussi fluide et agréable à lire.

cropped pen 1 300x300 - Chronique d'auto-édition "Le langage des fleurs", Erika Boyer

 

*Si vous voulez-en apprendre plus sur l’auto-édition, Mélanie du blog « L’évasion littéraire » a fait un super-article sur le sujet que vous trouverez ici

Series Navigation<< Chronique d’auto-édition, « John Fade, l’affaire Johan Jones » de Grégory BryonChronique d’auto-édition « Pour te protéger » de Stéphane Tinner >>
 

2 thoughts on “Chronique d’auto-édition « Le langage des fleurs », Erika Boyer”

  1. Merci beaucoup pour cette chronique, elle est vraiment superbe. Sans jamais spoiler tu expliques en détails ce que tu considères être les points forts de l’histoire ou tout simplement ce que tu as ressenti, et je trouve ça génial. Pour ne rien gâcher, tu as une très belle présentation pour tes chroniques et ton blog est super joli. Quelle plaisir de voir ici un avis sur mon livre ♡ Encore merci d’avoir donné une chance à mon second roman et d’en avoir parlé aussi bien, je suis extrêmement touchée de lire tes mots…

     
    1. J’ai beaucoup aimé lire ton roman et c’est avec plaisir que j’ai écris cette chronique. Je suis contente que tu aies appréciée ta visite sur le blog, ça me fait vraiment plaisir. A bientôt.

       

Toi tu en penses quoi?

%d blogueurs aiment cette page :