This entry is part 16 of 16 in the series Chronique d'auto-édition

voyageuse - Chronique d'auto-édition "Voyageuse, tome 1" Iman Eyitayo

★★★☆☆ 

Ce que j'en pense

À 18 ans, Kanyin vient de terminer son lycée avec brio et ne tient plus en place à l’idée d’entrer enfin à l’université. Toutefois, lorsque sa mère lui annonce qu’elle doit passer ses vacances au Bénin, auprès de son père, sa bonne humeur s’évapore. Ce dernier étant constamment accaparé par son métier de chirurgien, la jeune fille s’attend à deux mois d’ennui et de solitude.

Elle ne prévoyait certainement pas retrouver un vieil ami d’enfance dans une situation plus qu’inattendue : dans le coma. Et elle s’attendait encore moins à ce qu’en le touchant, elle se retrouve projetée dans un endroit des plus étranges…

Personnages: Kanyin, Jun...

 4.99 EUR en format électronique et 11.90 EUR en format broché sur Amazon

Ce que j'en pense

Iman Eyitayo, l’auteur de Voyageuse participe au concours des plumes francophones et c’est dans ce cadre qu’elle m’a proposé la lecture du roman.

Bien que l’écriture soit son premier amour, elle s’y remet qu’en 2011 lorsqu’elle décide de peaufiner sa toute première œuvre Coeur de flammes. En plus d’écrire, elle est amoureuse des langues étrangères, des voyages, de la musique, des jeux vidéos et autres…
Vous pouvez la retrouver sur son site internet et son blog.

Voyageuse

Voyageuse est un roman fantastique young adult, dans lequel on suit Kanyin une jeune béninoise vivant à Montréal. Elle vient de décrocher son bac et doit rentrer au pays après une longue absence.

Au Bénin, tout ne se passe aussi joyeusement qu’on s’y attendrai après un retour dans sa terre natale. Dès le départ nous vivons le dépit de Kanyin, surtout qu’elle doit passer ses vacances avec son père avec qui elle ne s’entend pas. En plus à part lui, elle n’a aucune attache au Bénin. Donc pour elle, ces deux mois risquent d’être aussi ennuyants que possible. 

Mais c’est sans compter sur ce qu’elle va découvrir une fois sur place. Déjà en lisant le prologue, l’auteur annonce la couleur avec un événement qui cloche. Ça  nous pousse à nous demander quel est le lien avec la principale concernée.

Voyageuse nous présente donc Kanyin comme étant un personnage plein de ressources. Elle n’hésite pas à trouver toute seule des moyens pour débloquer une situation difficile. Et puis, Kanyin est une jeune fille à la vie assez bien remplie à Montréal et est bien entourée. Elle y a une mère aimante ainsi qu’un ami très proche. Autant dire que c’est l’exact opposé du Bénin. 

Une autre dimension

Après des retrouvailles peu conventionnelles avec un vieil ami, notre héroïne se retrouve dans une autre dimension. 

Dans le livre on retrouve beaucoup l’influence de la langue chinoise, langue affectionnée par l’auteur. Et notamment dans cette autre dimension. Cette dimension est peuplée par des runes chinoises, des âmes et des animaux un peu étranges. La notion du temps n’est pas la même que dans notre monde non plus. 

A cet endroit , Kanyin fait des rencontres inattendues avec des personnages attachants et d’autres moins. Ils sont chacun dotés de leur personnalité propre, ce que l’auteur a bien réussi à nous montrer. Je pense à un personnage que j’ai trouvé aussi déconcertant qu’attachant, tout comme Kanyin.

Mais surtout elle découvre quelque chose sur elle. Vous comprendrez mieux la signification du titre (je crois que vous vous en doutez un peu ^^). Sans problèmes j’ai réussi à me projeter dans ce monde.

Transportée

Ça faisait un moment que je n’avais plus lu de roman fantastique. Et avec Voyageuse j’ai découvert encore un autre aspect du genre. La mention des runes, m’a rappelé le souvenir de la saga de Cassandra Clare, même si l’utilisation n’est pas tout à fait la même.

De plus, comme je vous l’ai dit, le chinois est très présent. Ce qui m’a impressionné, car ce n’est pas courant de voir cette langue dans les romans fantastiques. En plus, on le sait tous, ce n’est pas la langue la plus facile qui soit.

J’ai plongée dans Voyageuse et me suis vite imprégnée de l’univers de Iman Eyitayo. C’était une lecture très agréable, un autre monde. Et en plus elle se termine en beauté. Je n’ai pas vu les pages tournées que déjà c’était fini, et sur un passage qui promet une bonne suite.

En tout cas, je félicite beaucoup Iman, pour ce beau roman. Qu’elle a réussi à boucler en un mois pour le concours. Malgré un timing assez court, le roman n’est pas du tout bâclé, l’histoire a une belle structure et est cohérente. Il y a toujours des rebondissements avec notre petite Kanyin.

cropped pen 1 300x300 - Chronique d'auto-édition "Voyageuse, tome 1" Iman Eyitayo

Vous, amoureux des romans fantastiques et young adult, ne manquez pas une occasion de lire Voyageuse. C’est vraiment un bel univers riche, des personnages aussi attachants que déroutants. Ps: les scènes de batailles sont assez mémorables ^^. 

Quand vous aurez fini de le lire, n’oubliez de venir partager votre avis.

A bientôt !


Note : 3,5/5

Series Navigation<< Chronique d’auto-édition « Aztèques: Harem » Eric Costa
 

Toi tu en penses quoi?

%d blogueurs aiment cette page :