Écriture: A Sea Story - chapitre 6 (nouvelle) | Un mot à la fois - Un mot à la fois

C’est l’été, le rythme ralentit, plus de projets d’école (ou presque), désertion des bureaux avec les départs en vacances. Alors on souffle un peu plus.

C’est pourquoi je me suis dit que c’était l’occasion parfaite pour reprendre mon exercice d’écriture A Sea Story, chouette non ? 
 
En plus de cela, j’essaie d’écrire un peu plus pour mon encore plus grand projet d’écriture dont je consacrerai un article un peu plus tard.
Pour le moment, je vous laisse ci-dessous la sixième partie de A Sea Story.
 
Bonne lecture !
A sea Story
6. José

Joséphine courait. Joséphine courait plus vite que l’air, plus vite que la lumière.  

Elle courait comme si sa vie en dépendait et parfois elle en était certaine. Elle ne s’arrêtait jamais. Joséphine ne s’épuisait pas. José l’éclair. 

Joséphine cavalait dans l’ancien village de pêcheur qu’était sa ville. Elle passait devant les plus belles maisons de la ville, devant son ancienne maison avant que tout ne vole en éclats, devant la petite boutique recelant les trésors les plus improbables au bord de la plage. À l’aube elle disait bonjour en coup de vent au facteur qui faisait sa tournée, elle faisait un signe de la main en passant devant les vieux pêcheurs retraités.  

Elle était spectatrice de l’effervescence des commerçants qui étalaient leurs bibelots sur les tables face au soleil levant. Elle passait devant la petite cabane jaune en bord de mer, isolée du reste des habitations, et entendait Poilux aboyer à son passage.  

Le vent ramenait des mèches trempées sur son visage rougit par l’effort. Elle aurait dû s’attacher les cheveux mais aimait trop cette sensation que rien ne pouvait l’arrêter, surtout pas le vent. 

Oui José aimait courir. Elle avait du feu dans les jambes, elle se sentait dans la peau d’Usain Bolt prêt à décrocher une énième médaille au 100m. Elle était tel un springbok fuyant son guépard personnel, courant vers sa liberté. 

Joséphine voulait oublier. Fuir, s’en aller loin de ses soucis. José pouvait courir. José l’éclair, José l’intrépide, José sans peur, le sol était à ses pieds. Rien n’effrayait José l’éclair, rien ne l’atteignait. Joséphine, elle, était faible, fermait très fort les yeux, recouvrait ses oreilles de ses deux mains, se cachait sous son lit comme une petite fille. Elle ne voulait plus le voir, ne souhaitait plus l’entendre. 

pen 1 150x150 - Écriture: A Sea Story - chapitre 6 (nouvelle) | Un mot à la fois

Qu’en avez-vous pensé ?

On se retrouve pour la suite prochainement !

 

Et toi, tu en penses quoi?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :