Welcome back à moi !

Eh oui, cette fois, c’est moi qui reviens sur le blog après un petit moment d’absence. Je vous propose donc de poursuivre nos aventures Sea Stories project.

Sans plus attendre, je vous invite donc à attaquer le troisième chapitre de la nouvelle. Dans lequel je laisse parler mon côté un peu poète ^^. Il avait déjà été publié sur le blog en Mars 2017.

Lorsque vous l’aurez lu, je vous propose de revenir lire le quatrième chapitre ci-dessous. En fait je suis gentille, vous avez droit à deux chapitres cette semaine. C’est moi qui offre, de rien ^^.

A sea Story
4.

Nous n’étions plus en mesure d’avancer. La tempête était bien trop forte et nous pas assez résistants.

Cette expédition pourtant programmée depuis des mois filait droit à la catastrophe. Le commandant de bord avait été averti que le voyage ne serait pas de tout repos, selon ses propres termes, mais en réalité il minimisait la situation. J’étais présent lorsqu’il avait appris la nouvelle, on devait tout arrêté, la traversée était bien trop dangereuse, de virulentes tempêtes étaient fréquentes et causaient d’immenses pertes.

C’était le moins qu’on puisse dire. Voilà maintenant trois jours que nous combattions contre les éléments naturels et jusqu’à maintenant nous étions en train de perdre. Nous avions déjà perdu le quart de nos hommes. Des hommes valeureux, des amis précieux.

On était tous trempés jusqu’aux os et épuisés. On tombait de sommeil, mais même le plus endormis d’entre nous ne pouvait fermer l’œil plus de deux minutes, une vague violente se chargeait de le réveiller.

Soudain les cris des hommes se firent plus puissants. Il y avait plus d’agitation qu’une minute plus tôt. Une bourrasque venait d’emporter le commandant de bord, tout de suite après ses cris cessèrent. Malgré le bruit assourdissant des vagues se fracassant contre le navire, un silence horrifié s’installa. Le commandant n’était plus là.

Bien qu’il ait caché la situation aux marins, c’était un bon capitaine. Il était apprécié et respecté de tous.

Le moral des hommes venait d’en prendre un coup. Nous ne savions pas comment nous allions nous en sortir. Ce nouveau coup venait d’épuiser encore plus nos forces. Nous étions perdus, sans plus de repères, ne nous savions pas comment nous allions nous en sortir. Dans tous les cas il fallait quelqu’un pour remotiver les hommes.

Ils se tournèrent donc vers moi tout naturellement. J’étais le secrétaire du commandant après tout. Cependant je ne souhaitais pas endosser ce rôle. Ils savaient tous que je n’étais pas un homme d’action. Mais j’allais quand même le faire, on en avait tous besoin.

 

Une heure de plus, et nous étions tous à bout. Encore plus d’hommes avaient été emportés par les flots.  Quand donc l’orage allait cesser de gronder ? Cette question ne quittait pas nos esprits. Qu’avions-nous donc fait au bon Dieu pour être pris au piège en pleine mer ?

Nous ne réfléchissions plus, nous ne voyions plus où nous allions, nous faisions tout machinalement telle une tache répétitive, nous étions des automates. Alors quand je m’y attendais le moins, une rafale plus forte que les autres m’emporta à mon tour.

Cet océan cruel l’emporta sur moi et je me retrouvais dans le noir, loin des cris de mes compagnons, loin de tout. Je ne voyais plus rien, mes membres engourdis ne sentaient plus rien. Je ne pouvais bouger mes jambes, je ne pouvais nager, je ne pouvais respirer.
C’était la fin.

pen 1 - Écriture: #Sea Stories project - chapitre 4 (nouvelle) | Un mot à la fois

Ça vous a plu ? Faites-moi des remarques.

On se retrouve la semaine  prochaine pour le chapitre 4.

 

Et toi, tu en penses quoi?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :